Catégorie : Réseau

24 janvier 2019 /

Le 22 janvier 2019, Debian a publié un avis de sécurité (Référence: CERTFR-2019-ALE-001) indiquant que leur gestionnaire de paquets était vulnérable à une injection de code.

Par défaut, les mises à jour sont récupérées en HTTP. Toutefois des vérifications sont effectuées en local afin de vérifier l’intégrité des fichiers récupérés.

Un attaquant en position d’intercepteur actif (Man In The Middle) peut injecter un paquet malveillant qui sera considéré comme valide. Cette vulnérabilité n’est présente que dans le cadre de l’utilisation de redirections par APT.

Le logiciel APT s’exécute avec un niveau de privilège élevé, une attaque réussie garanti donc à l’attaquant une compromission totale du système.

Il s’agit donc d’une vulnérabilité sérieuse, d’autant plus qu’elle impacte directement le mécanisme de mise à jour. Il est nécessaire d’appliquer le correctif tout en minimisant les risques d’exploitation.

Uniquement dans le cadre de cette mise à jour, Debian recommande de désactiver les redirections par les commandes suivantes

apt -o Acquire::http::AllowRedirect=false update;
apt -o Acquire::http::AllowRedirect=false upgrade

Toutefois, cela peut ne pas fonctionner lorsque l’on est placé derrière un proxy et que l’on cherche à atteindre le miroir security.debian.org.

Dans ce cas, il est possible d’utiliser la source suivante : http://security-cdn.debian.org/debian-security/

Si la mise à jour d’APT sans la désactivation des redirections est impossible, il est alors recommandé de télécharger manuellement le paquet. Il convient ensuite d’effectuer la vérification d’intégrité avant de l’installer.

Source

22 janvier 2019 /
Format SSH2
—- BEGIN SSH2 PUBLIC KEY —-

Comment: "rsa-key-20160402"
AAAAB3NzaC1yc2EAAAABJQAAAgEAiL0jjDdFqK/kYThqKt7THrjABTPWvXmB3URI
pGKCP/jZlSuCUP3Oc+IxuFeXSIMvVIYeW2PZAjXQGTn60XzPHr+M0NoGcPAvzZf2
u57aX3YKaL93cZSBHR97H+XhcYdrm7ATwfjMDgfgj7+VTvW4nI46Z+qjxmYifc8u
VELolg1TDHWY789ggcdvy92oGjB0VUgMEywrOP+LS0DgG4dmkoUBWGP9dvYcPZDU
F4q0XY9ZHhvyPWEZ3o2vETTrEJr9QHYwgjmFfJn2VFNnD/4qeDDHOmSlDgEOfQcZ
Im+XUOn9eVsv//dAPSY/yMJXf8d0ZSm+VS29QShMjA4R+7yh5WhsIhouBRno2PpE
VVb37Xwe3V6U3o9UnQ3ADtL75DbrZ5beNWcmKzlJ7jVX5QzHSBAnePbBx/fyeP/f
144xPtJWB3jW/kXjtPyWjpzGndaPQ0WgXkbf8fvIuB3NJTTcZ7PeIKnLaMIzT5XN
CR+xobvdC8J9d6k84/q/laJKF3G8KbRGPNwnoVg1cwWFez+dzqo2ypcTtv/20yAm
z86EvuohZoWrtoWvkZLCoyxdqO93ymEjgHAn2bsIWyOODtXovxAJqPgk3dxM1f9P
AEQwc1bG+Z/Gc1Fd8DncgxyhKSQzLsfWroTnIn8wsnmhPJtaZWNuT5BJa8GhnzX0
9g6nhbk=
---- END SSH2 PUBLIC KEY ----
Format OpenSSH
ssh-rsa AAAAB3NzaC1yc2EAAAABJQAAAgEAiL0jjDdFqK/kYThqKt7THrjABTPWvXmB3URIpGKCP/jZlSuCUP3Oc+IxuFeXSIMvVIYeW2PZAjXQGTn60XzPHr+M0NoGcPAvzZf2u57aX3YKaL93cZSBHR97H+XhcYdrm7ATwfjMDgfgj7+VTvW4nI46Z+qjxmYifc8uVELolg1TDHWY789ggcdvy92oGjB0VUgMEywrOP+LS0DgG4dmkoUBWGP9dvYcPZDUF4q0XY9ZHhvyPWEZ3o2vETTrEJr9QHYwgjmFfJn2VFNnD/4qeDDHOmSlDgEOfQcZIm+XUOn9eVsv//dAPSY/yMJXf8d0ZSm+VS29QShMjA4R+7yh5WhsIhouBRno2PpEVVb37Xwe3V6U3o9UnQ3ADtL75DbrZ5beNWcmKzlJ7jVX5QzHSBAnePbBx/fyeP/f144xPtJWB3jW/kXjtPyWjpzGndaPQ0WgXkbf8fvIuB3NJTTcZ7PeIKnLaMIzT5XNCR+xobvdC8J9d6k84/q/laJKF3G8KbRGPNwnoVg1cwWFez+dzqo2ypcTtv/20yAmz86EvuohZoWrtoWvkZLCoyxdqO93ymEjgHAn2bsIWyOODtXovxAJqPgk3dxM1f9PAEQwc1bG+Z/Gc1Fd8DncgxyhKSQzLsfWroTnIn8wsnmhPJtaZWNuT5BJa8GhnzX09g6nhbk=

Les deux formats sont plutôt similaires.
Pour obtenir une clé au format OpenSSH depuis une clé au format SSH2, il suffit de supprimer la première et dernière ligne  » —- **** SSH2 PUBLIC KEY —-  » et la ligne  » Comment: « .
Puis de retirer les sauts de ligne pour tout mettre sur une seule ligne par clé.
Chaque clefs devra commencer par (à modifier suivant le type de clef) « ssh-rsa ».

Convertir une clef SSH2 vers OpenSSH
ssh-keygen -i -f clef_ssh2.pub
Pour convertir toute les clefs (*.pub) SSH2 d'un repertoire en OpenSSH
for i in `ls -1 *pub`; do echo "$(ssh-keygen -i -f $i) $i"; done
Pour convertir toute les clefs SSH2 d'un repertoire et les mettre directement en OpenSSH dans ~/.ssh/authorized_keys
for i in `ls -1 *pub`; do echo "$(ssh-keygen -i -f $i) $i >> ~/.ssh/authorized_keys"; done
27 février 2018 /

Avec wget qui va interrogé sera checkip.dyndns.org:

wget http://checkip.dyndns.org/ -O - -o /dev/null | cut -d: -f 2 | cut -d\< -f 1

Avec dig qui va interrogé OpenDNS.com:

dig +short myip.opendns.com @resolver1.opendns.com

Avec cURL qui va interrogé ifconfig.me avec l’outil cURL:

curl ifconfig.me

4 janvier 2018 /

Pour réinitialiser un port, ici le 0/28:

conf t
default interface GigabitEthernet1/0/28
end

On peut vérifier que le port est bien réinitialiser avec cette commande:

show run interface GigabitEthernet1/0/28

2 décembre 2017 /

Sauvegarde sur un serveur FTP

On se met en mode administrateur:

enable

On passe en mode configuration:

conf t

On renseigne les informations de connexion au serveur FTP:

ip ftp username login_utilisateur
ip ftp password mot_de_passe

On sort du mode configuration:

end

Puis on lance la sauvegarde:

copy running-config ftp:

Il nous demandera alors l’adresse ip du serveur FTP, et le nom que l’on souhaite donner au fichier contenant la configuration.

Dans le fichier récupérer il faudra supprimez toute ligne débutant par « AAA » car cela peut bloquer sa restauration.

Pour restaurer depuis un serveur FTP

On passe en mode configuration sur le nouveau Cisco:

conf t

On renseigne les informations de connexion au serveur FTP:

ip ftp username login_utilisateur
ip ftp password mot_de_passe

On sort du mode configuration:

end

Puis on lance la sauvegarde:

copy ftp: running-config

Il nous demandera alors l’adresse ip du serveur FTP puis une fois connecté, le fichier qui contient la configuration à restaurer.

Sauvegarde en local via Minicom

On passe en mode administrateur sur le Cisco:

enable

On désactive le « –more– » pour afficher d’un coup la configuration:

terminal length 0

On accède au menu de Minicom pour lancer la capture de la sortie standard dans un fichier texte:

Ctrl+A puis Z puis L

On affiche la configuration actuelle pour la capturer dans notre fichier:

show running-config

Une fois la configuration affichée, on arrête la capture de log:

Ctrl+A puis Z puis L

On va maintenant sauvegarder la configuration de démarrage:

Ctrl+A puis Z puis L

On affiche la configuration de démarrage pour qu’elle soit capturée:

show startup-config

Une fois la configuration affichée, on arrête la capture de log

Ctrl+A puis Z puis L

Restauration en local via minicom

On lance Minicom et on se met en mode administrateur sur le Cisco:

enable

On passe en mode configuration:

conf t

Puis on affiche les options de minicom:
Ctrl+A puis Z puis Y

On sélectionne le fichier de configuration que l’on a en local pour que Minicom colle le contenu du fichier dans l’entrée standard.

On peut vérifier que la configuration s’est bien reportée:

show running-config

On oublie pas de sauvegarder la configuration une fois restaurer:

copy running-config startup-config
wr